Dans nos familles

Pratique & liens

Dans nos familles

Décès

  • Charles Guilbert (ancien coureur professionnel), gendre de Raymond Martin (partenaire du comité de Normandie), et père de Clément Guilbert (licencié à L’UC Ifs hérouville) à la douleur de vous faire part du décès de sa maman, dans sa 74ème année, survenu le 15 octobre à son domicile.

L’inhumation aura lieu le vendredi 19 octobre à 14h30 en l’église d’Aunay sur Odon.

Toutes nos sincères condoléances à la famille.

 

  • Didier Martinez nous a quittés

Natif de Saint-Brice-sous-Rânes, Didiez Martinez est décédé le 22 juin à l'âge de 62 ans . Plongeant sa famille et le cyclisme régional dans une profonde et immense tristesse. "C'était un adversaire sur le vélo et un ami dans la vie. J'ai passé de grands moments avec lui" se souvient Alain Daniel, compagnon de route des années 1980. Il avait d'abord brillé sur la route avant de s'illustrer au plus haut niveau en cyclo-cross, une discipline où fut champion de France en 1985. S'affirmant au fil des années, il apparaissait déjà en 1978 comme l'une des valeurs sûres du cyclisme normand en remportant le difficile Grand Prix de la foire aux boudins à Mortagne-au-Perche suivi d'une dizaine de victoires en première catégorie. Puis il fit de 1979 sa meilleure saison sur la route. Celle où il remportait notamment le contre-la-montre de la Route de France devant l'Australien Phil Anderson, futur maillot jaune du Tour de France, la classique bretonne Redon-Redon devant Marc Madiot, une étape du Circuit des Ardennes puis une étape du Tour de la Manche (5è du classement final) et une autre aux Quatre Jours de Caen. Il y ajouta deux courses par étapes, le Circuit de Bretagne-Sud (1980) et les 3 Jours de Vendée (1981).

 

 

CHAMPION DE FRANCE DE CYCLO-CROSS

Mais il faisait partie d'une génération de routiers qui semblent décidés à voir dans le cyclo-cross une autre manière de s'exprimer. Un choix qu'il n'aura pas à regretter car il su, en maintes occasions, démontrer sa résistance et ses qualités athlétiques. C'est au cours de l'hiver 1978-1979 qu'il prend un peu de galon dans les sous bois où, à cette époque, Gilbert Lahalle exerce sa domination. Enchaînant route et cyclo-cross, il s'impose à Vimoutiers puis à Saint-Germain-de-Clairefontaine, à chaque fois devant Alain Percy. D'autres succès lui permettent de croire un peu plus en ses chances. Décrochant en 1979 son premier podium au championnat de Normandie à Saint-Pois pour sa première participation (2è derrière Lahalle), il gagnait son match avec Michel François pour la place de dauphin. Les hivers suivants furent plus difficiles. C'est dans la confrontation de haut niveau qu'il progresse, s'imposant en 1982 à La Chaussaire devant Patrice Thévenard et Alain Daniel avant de se classer quatrième et meilleur français à Frienbach en Suisse pour sa première sélection en équipe de France. Il doit affronter le froid et des glaciales giboulées lors du national à Salies-de-Béarn (1983). Pas de quoi le rebuter. Reprenant progressivement du terrain, il se hisse en troisième position derrière Daniel Perret et l'inusable Hilaire Desclos. Manifestant son intérêt croissant pour la discipline, il y trouve son bonheur et le ... succès. Cependant, il devra attendre 1985, à l'aube de sa trentième année pour décrocher son premier titre régional à Hamelin. Solide comme le granit de la Bretagne toute proche, il relègue Alain Daniel a plus d'une minute et comble de ce fait une lacune puisqu'il est reconnu depuis deux saisons comme l'un des meilleurs français. Son deuxième succès au Challenge National à l'issue de la finale disputée à Saint-Martin-de-Landelles (derrière Desclos) en témoigne. Dans la foulée, il va étrenner ses nouvelles couleurs du VC Argentan en devenant champion de France à La Chaussaire. Ne se ressentant nullement d'un début d'angine qui l'avait obligé à cesser toute activité durant une semaine, Martinez construisit sa victoire d'une façon exemplaire. A la lutte avec Desclos, Daniel, Dubuis et Blanchardon dès la fin du premier tour avant que Maquet fasse la jonction, il su attendre son heure. Ce fut dans le cinquième des sept tours qu'il porta l'offensive. Mais il dut s'y prendre à trois fois pour contraindre Dubuis et Desclos à s'incliner. Maintenant 15 secondes d'avance sur Desclos, il pouvait enfiler le maillot tricolore.

A Munster en Alsace (1988), il décroche son troisième podium au national. Revenu sur Lebras et Cailleau, il se voit condamner à assurer le train, très soutenu. Alors que Lebras passe à l'attaque et s'impose comme le plus fort du lot, il est battu au sprint par Cailleau et prend la troisième place. Du même coup, Jean-Yves Plaisance, l'entraineur national lui redonne sa chance pour le championnat du monde d'Hagendorf en Suisse. Sur un circuit ressemblant à un bourbier, transformé par endroits en véritables marécages, Martinez sait que ce circuit physique est dans ses cordes. Rentré sur le circuit entre la 35è et 40è position, il allait chercher au terme d'une fulgurante remontée la cinquième place, à 1'33 du vainqueur, le Tchèque Camrda. Sprintant pour la quatrième place, il était devancé par le Suisse Darsie mais battait l'Italien Di Tano, ancien champion du monde et le Suisse Runkel, futur champion du monde, rien que ça ! Il ne manqua pas, ce jour là, de remercier Jean-Yves Plaisance. Ce fut la performance majeure de sa carrière. Dommage tout de même qu'il n'est pas manifester plus tôt davantage d'ambitions au niveau international. A Tessé-la-Madeleine (1989), le seul championnat de France qu'il disputa en Normandie, il se contenta de la cinquième place (un classement identique à celui de Fourmies en 1986 où il cassa son dérailleur), tout en restant longtemps candidat au podium. Un an plus tard, à Volvic, il retrouvait sa plus grande efficacité pour signer sa dernière victoire majeure à l'occasion de la manche d'ouverture du Challenge National. Impressionnant ses adversaires, il devançait dans l'ordre Le Bras, Casas et Daniel. Plus d'une centaine de cyclo-cross orne son palmarès mais, quitte à choisir, c'est la qualité de ses victoires que l'on retiendra. Sa longévité aussi car c'est à seize reprises qu'il disputa le championnat de France de cyclo-cross.

Patrice Meunier

 

 

 

Après de nombreux succès sur la route et une saison particulièrement réussie en 1979 , Didier Martinez s'est illustré en cyclo cross, où il décroche en 1985, sa première couronne régionale et un titre de Champion de France !

 

 

.

  • Louis Brault nous a quittés

Louis Brault, 70 ans, nous a quittés le 19 septembre, plongeant le cyclisme régional dans une profonde tristesse. Bien que souffrant de la maladie de Parkinson depuis une dizaine d'année, il continuait de pêcher en mer. Il est décédé en descendant de son bateau à Cancale, ayant vécu sa passion jusqu'au bout.

Portant l'essentiel de sa carrière les couleurs du VC Saint-Hilaire-du-Harcouët avant de la finir à l'ACC Marigny, il n'était pas un surdoué du vélo mais trouva vite ses marques en tant que première catégorie au sein du peloton régional. Coureur complet, il avait su tenir son rang dans les années 1970 face à une riche génération de coureurs aux côtés de ses quatre frères parmi lesquels son cadet Michel qui s'était lui aussi fait connaître grâce à de beaux succès. Il débuta en junior, se distingua sur plusieurs manches du Maillot des Jeunes et décrocha le maillot tricolore en devenant champion de France universitaire en 1967 à Saint-Omer puis champion de la IVe région militaire en 1970 à Brive-la-Gaillarde. Il s'était classé deuxième du Grand Prix d'ouverture de Saint-Hilaire-du-Harcouët en 1976, battu au sprint par son coéquipier Jacky Gadbled. Après sa carrière, il ne manquait pas de suivre quelques courses importantes du calendrier normand et breton et se déplaçait chaque année au championnat de France. Son inhumation a eu lieu le lundi 24 septembre à Cancale.

Patrice Meunier

********************************

  • Patrice Desforges, Président du club EC Boucles de Seine  a la tristesse de nous annoncer le décès de sa maman, Thérèse Desforges survenu le 1er Août à 78 ans.

Le Président et les membres du Comité Régional s’associent  au  Président du Comité Départemental de Seine Maritime pour présenter à Patrice Desforges, à sa femme et ses enfants ainsi qu’à toute sa famille, leurs plus sincères condoléances dans ces circonstances particulièrement douloureuses.

********************************

  • C’est avec une grande émotion et tristesse que l’AC Sotteville a appris le décès de son coureur et camarade Aurélien RIQUIER dans sa 32ème année, survenu le vendredi 6 juillet 2018 après un malaise cardiaque survenu chez lui.
    Aurélien est arrivé à l'AC Sotteville en catégorie Minime où il a gravit tous les échelons.

Un dernier hommage lui a été rendu le 22 juillet en l'Eglise Sainte Lucie de Grand-Quevilly.

********************************

  • Le Club Sportif Bonnevillois fait part du récent décès de M. Serge COUTURIER. Ses obsèques religieuses se sont déroulées en l'église de St-Eloi-de-Fourques le jeudi 19 juillet 2018.
    Les sociétaires du club présentent à Marcel COUTURIER, trésorier du CSB, ainsi qu'à sa famille, très investie dans le cyclisme, leurs plus sincères condoléances.

 

 

Naissances

  • L’Entente Cycliste Des Boucles de Seine est heureuse de vous annoncer la naissance de Mélyna née le 14 juillet à Montivilliers, au foyer d' Aurélie, secrétaire adjointe et Anthony Barbey, fille de Mr et Mme Desforges
    président du club et arbitre national .Félicitations aux parents
    et bienvenue à Mélyna.

Mariages

  • L’Entente Cycliste Des Boucles de Seine vous fait par du mariage d' Aurélie, secrétaire adjointe & Anthony Barbey fille de Mr Mme Desforges Patrice
    président et arbitre national. La cérémonie sera célébrée le samedi 25 Aout 2018 à 15 h00 en église de Duclair . Félicitations aux jeunes mariés.