14 mai 2018
  • A la Une
  • Route

Victoire de Christopher Piry (VC Rouen 76) à l’Essor Breton

Le champion de Normandie Christopher Piry (VC Rouen 76) qui avait marqué son retour en forme en prenant le 1er mai la troisième place du Grand Prix de Saint-Maximum dans l'Oise n'a pas tardé à confirmer son retour en forme en remportant l'Essor Breton. Du même coup, il inscrit à son palmarès "après huit ans en Elites" sa première course par étapes, la plus ancienne du calendrier français qui fêtait sa 60è édition. Une édition riche en rebondissements et mené, malgré toute les difficultés, à plus de 42 km/h de moyenne.

Après un contre-la-montre sans grande incidence pour le classement général, les deuxième et troisième étapes, courte mais intense, permettaient de dégager une première hiérarchie. 70 kilomètres le matin, 75 l'après-midi, ça pouvait ressembler à une promenade de santé.

Mais voilà, les coureurs en ont décidé autrement, menant une course de folie. Présent au sein du groupe de 25 échappées qui reléguèrent le peloton à plus de deux minutes, Christopher Piry et Yann Guyot, lequel jouait à domicile, prenaient respectivement  les 7è et 11è places à Lanvaudan. Celle-ci était remportée au sprint par Enzo Boisset (Nantes-Atlantique). Lors de la troisième étape, Guyot pointait à la 10è place alors que Piry qui faisait également la course à l'avant se repositionnait au classement général à la deuxième place. Dépossédant l'avant dernier jour l'ancien rouennais David Boutville (Laval Cyclisme 53), Piry enfilait le maillot de leader. Il va tenir jusqu'au bout.

La régularité a payé

Lors de la dernière étape, le Francilien du VC Rouen 76 va conserver quinze secondes sur Baptiste Constantin (Creuse Oxygène). "Cet écart, c'est peu à perdre mais c'est beaucoup à gagner". Malgré le gros coup d'accélérateur de Creuse Oxygène sur le sélectif circuit de Landivisiau, Constantin n'a pas repris une seconde. "C'est la première fois que je disputais cette course. On m'avait dit qu'elle était compliquée et dure. Justement, cette dernière étape a été compliquée, usante et propice aux attaques. J'ai bien été épaulé par Yann Guyot".

Sa régularité a payé. Présent au VC Rouen 76 depuis quatre saisons, le coureur de Montfermeil s'est réjouit de cette victoire collective, obtenue grâce à la solidité de son équipe. Après un début de saison compliqué et parfois marqué par la malchance, il est revenu progressivement à son rythme. "Mon directeur sportif Jean-Philippe Yon ne m'a pas bousculé pour que j'aille sur des grosses courses. J'ai préféré faire des "petites courses". La motivation est là, ça donne des bons résultats".

Texte et photo Patrice Meunier