22 juillet 2020
  • A la Une
  • Route

Trois Normands dans l’Izoard

Jacques SIMON, écrivain régional et historien, a été l'un des premiers correspondants de Normandie Cyclisme ...Au cours de ses vacances dans les Alpes, il a rencontré des cyclistes normands qui font partie du Chambery Cyclisme Formation

... il nous livre la teneur de sa rencontre avec eux 

 

Le hasard fait bien les choses puisque le lundi 6 juillet vers 13 h 30, je reviens de Briançon afin de rejoindre mon lieu de vacances à Arvieux où je suis installé depuis le samedi 4. C’est un endroit que je connais bien pour avoir « grimpé » ce col de l’Izoard et bien d’autres dans une « autre vie » durant les années 70. Je suis en Clio et je double un groupe de cyclistes avec le maillot de l’équipe AG2 La Mondiale, il s’agit de l’équipe espoir de Chambéry Cyclisme Formation.

Hugo Toumire, l’homme de la Paix

Je ralentis et je demande :

  • Est-ce qu’il y a des Normands parmi vous ?
  • Oui, moi » sort une voix du milieu du groupe qui est en plein effort.
  • C’est comment ton nom ?
  • Toumire
  • Hugo ! Tu as gagné la Course de la Paix, l’année dernière, et tu as débuté au VC. Catenay
  • Oui c’est cela » me répondit-il assez fièrement en ajoutant : « Il y a deux autres Normands qui sont devant, il s’agit de Simon Verger et de Paul Lapeira».      

Je lui explique que je suis de notre province que j’ai écrit « Les Normands dans le Tour de France » qui est préfacé par Daniel Mangeas que je connais depuis 1965 : « Oui il fait beaucoup pour notre sport ».

Simon Verger, l’avenir est devant lui

Je quitte le groupe pour rejoindre Simon Verger qui est entre Lapeira et le peloton montant allégrement le col de l’Izoard :

  • Bonjour, tu es Normand ?
  • Oui » répond-il avec étonnement.
  • De la Manche ?
  • Non, je suis né à Flers où j’ai débuté pour aller à l’UC. Bricquebec »répond-il tout en pédalant en ces forts pourcentages alpestres.
  • Tu as gagné le trophée des champions en fin de saison dernière
  • C’est ma plus belle victoire à ce jour
  • Tu vas en avoir d’autres plus belles, j’en suis sûr
  • Je vous remercie, vous êtes sympa » en montrant son pouce.  

Paul Lapeira tient à maintenir la forme

Le sommet du col de l’Izoard est à quatre kilomètres. Les lacets sont interminables en ces forts pourcentages. Un arrêt en voyant un véhicule d’AGR2-La Mondiale stationnée sur le bas-côté. Je discute avec l’entraîneur qui m’explique : « Nous sommes en plein stage itinérant en ayant quitté la vallée de la Maurienne en escalant les cols du Télégraphe, Galibier, Izoard puis Vars pour arriver à Barcelonnette ». Avant le chalet Napoléon, c’est Paul Lapeira qui est accosté alors qu’il est en plein effort en expliquant nos racines normandes :

  • Tu as gagné à deux reprises à Montpinchon, c’est une référence tout de même ?
  • Cette course est ma favorite
  • Tes objectifs pour 2020 ?
  • J’avais la forme en ce début de saison en gagnant le 8 mars en Dordogne à Mensignac…
  • …oui mais la réalité sanitaire fait que nous sommes en cette situation ».

Un mois de juillet sans Tour de France. Mais en ce lundi 6 juillet, nous avons partagé tellement d’émotion et d’espoir « entre pays » que l’illusion est réelle. En cette crise sanitaire, la Grande Boucle de l’avenir est partagée en de courts instants mais tellement vivifiants. Cette graine de champions passe les 2 360 mètres de l’Izoard en fonçant vers la Case déserte, véritable endroit lunaire, où les stèles de Fausto Coppi et Louison Bobet sont gravés dans la pierre. Ils ont l’espoir de leur jeunesse en espérant qu’ils seront les héros de demain.

Jacques SIMON

Le Trio des espoirs Normands du Chambéry Cyclisme Formation

Paul Lapeira (28 mai 2000 à Fougères) débuts en 2007 au VC. Saint-Hilaire-du-Harcouët. Palmarès : Montpinchon juniors 2018 et espoirs 2019, Argueron-Vallée Verte 2018, Mensignac 2020, 2ème du Tour du pays d’Othe 2018. Son rêve : faire une bonne carrière professionnelle.

Hugo Toumire (5 octobre 2001 à Rouen) débuts en 2010 au VC. Catenay. Palmarès : Trophée Madiot cadets à Tours 2017, Course de la Paix juniors 2019, Signal d’Ecouves 2019, 2ème Paris-Roubaix juniors 2019. Son rêve : gagner Paris-Roubaix en rentrant sur le vélodrome sous les applaudissements du public : « Cela donne des frissons ».   

Simon Verger (8 juillet 1998 à Flers-de-l’Orne) débuts en 2005 à Flers-Cyclisme. Palmarès : Le Ham 2017, Trophée des champions 2019, vice-champion de France contre la montre amateurs 2019. Son rêve : gagner une étape de montagne …dans un grand Tour…de préférence en France.

                                                                                Photos Jocelyne SIMON

 

Plus d’un demi-siècle de passion

Témoin du cyclisme régional depuis 1955, lors du départ du Tour de France au Havre, Jacques Simon reste un observateur passionné de notre belle Normandie. Ce terroir de champions cyclistes que sont Guillaume Martin voué à accrocher un Top 10 au terme d’un prochain Tour de France en ayant le profil d’un Raymond Delisle, Benoît Cosnefroy qui doit s’affirmer dans les ardennaises à Liège « par exemple » mais aussi sur les prochaines étapes des courses qu’il va disputer, Alexis Gougeard capable de tout en tant que baroudeur, Mickaël Chérel, le chaperon de Romain Bardet, Anthony Delaplace, éternel animateur durant tous les Tours disputés, Romain Hardy, en quête d’un espace, Amaël Moinard qui vient de raccrocher après avoir œuvré lors de la victoire de Cadel Evans en 2011, Paul Ourselin toujours à l’affût d’une opportunité, les sprinters Damien Touzé, Julien Duval, Tony Hurel et Jérémy Leveau, tous capables d’accrocher une belle victoire, le puncheur Arnaud Courteille, l’animateur François Bidart et le néo-pro Matis Louvel. Ils sont nos champions dans l’élite de notre sport. Le présent et l’avenir se constituent avec le passé afin que notre cyclisme puisse ses racines. Le cyclisme normand est en position de force grâce aux éducateurs des écoles de cyclisme. Avoir sept Normands au départ du Tour de France 2019 est un record ! Nous avons un vélo fort et éducatif mais il manque le petit plus qui peut faire de grandes choses. La richesse existe grâce à tous les bénévoles œuvrant en tenant compte des Jacques Anquetil, Jean-Claude Lebaube, Raymond Delisle, Peter Hill, Jean Jourden, Raymond Martin, Jean-Philippe Dowja, Thierry Marie, Jean-Claude Bagot, François Lemarchand, Thierry Gouvenou, Jérôme Pineau et tant d’autres qui s’illustrèrent sur les routes en étant sur tant de podiums. Après l’effort dont ils surent apprécier l’impact développé. Le cyclisme demeure un sport populaire au fil des décennies pour la passion de tous. Vivement le Tour de France… en septembre où la Normandie est oubliée mais pas nos cyclistes régionaux qui seront en nombre au départ de Nice, le samedi 29 août.

De gauche à droite, Simon VERGER, Hugo TOUMIRE et Paul LAPEIRA