8 décembre 2023
  • A la Une
  • Route

Jérémy Leveau : Des regrets mais aussi beaucoup d’espoirs

Pas épargné par un contexte difficile avec l’arrêt de Go Sport, sponsor majeur de l’équipe roubaisienne, Jérémy Leveau a connu un début de saison stressant. « L’équipe a souffert de restrictions budgétaires. Notre programme a été réduit alors que j’avais besoin d’enchaîner les courses pour être à mon niveau optimal ». Il a fallu rester motivé, concentré ». Mais la venue de Van Rysel officialisé à la mi-mai, a permis d’assurer la pérennité de sa formation. « Cela a permis de donner un nouvel élan à l’équipe et nous a permis de marcher jusqu’à la fin de saison. J’ai été assez présent toute l’année. Je suis satisfait d’un point de vue physique mais une victoire, ça aurait pû être la cerise sur le gâteau ».

Car à l’heure du bilan, il y a un goût d’insuffisance pour l’ancien champion de France Espoirs. 

Sa saison 2023 a été marquée par une grosse déception. Quatrième du Circuit de la Sarthe l’an dernier, le Sarthois d’adoption a terminé à la même place le premier Région Pays-de-Loire Tour. Un résultat teinté d’amertume pour le puncheur de Go Sport Roubaix Lille Métropole, troisième de la quatrième et dernière étape jugée au Mans, devancé au sprint par Frederik Dvernes (Uno X) et Alexander Kamp (Tudor). « J’étais avec les costauds et les gars en forme du moment comme Kévin Vauquelin et  Ben Healy. J’y ai vraiment cru. Jusqu’à la fin car je suis revenu in extrémis deux fois. Mais j’ai attaqué le sprint d’un peu loin. Dans la dernière ligne droite, il m’en a manqué un peu ». L’ornais a fait preuve de vaillance et de courage dans la montée de Gazonfier, difficulté majeure du circuit final. »Je connaissais bien la côte mais ce n’est pas celle qui me correspond le mieux. Mais les jambes étaient vraiment là ».

Fidéle à son tempérament, il s’est glissé dans plusieurs échappées majeures. Ce fut le cas lors de la deuxième étape des Boucles de la Mayenne. »J’ai attaqué sur le circuit final. Je suis repris à six kilomètres du but. Je me suis fait plaisir ».

Papa d’un petit garçon en juillet, il veut davantage profiter de la vie de famille cet hiver, ce qui ne l’empêchera pas de participer à plusieurs cyclo-cross, poursuivant ainsi la tradition familiale. « C’est une discipline que j’aime bien. C’est une bonne préparation pour la saison sur route ». Bien sûr, pour sa dixième saison chez les professionnels, il voudrait enfin connaître le succès en 2024. « Je vais repartir avec le même état d’esprit. J’ai fait toutes les places de deux à six. J’aimerais enfin avoir le privilège de lever les bras ».

Texte et photo Patrice Meunier