2 décembre 2022
  • A la Une
  • Route

Bilan des Pros Normands – Matis Louvel (Arkéa Samsic) a franchi un palier.

Bilan des Pros Normands - Matis Louvel (Arkéa Samsic) a franchi un palier.

Bilan des pros normands

Matis Louvel (Arkéa-Samsic) a franchi un palier

Pour sa deuxième année chez les professionnels, Matis Louvel a indéniablement grandi grâce à des résultats à la hausse. En 2022, il a compté pas moins de douze top 10, réalisé une bonne campagne de classiques, disputé son premier Tour de France avant de remporter son deuxième succès chez les pros à l'occasion de la Druivenkoers à Overijse.

Il a d'abord été l'auteur d'un début de saison convaincant. Ce fut le cas au Tour des Flandres (17è à 1' 07" de Mathieu Van Der Poel), terminant troisième français. Attaquant dans le Vieux Quaremont avec Tim Wellens (Lotto-Soudal), il ne lui manqua pas grand- chose pour basculer avec le groupe de Tom Pidcok (Inéos-Grenadiers) pour espérer un meilleur classement. Sixième de Paris-Camembert en étant premier du groupe de contre à franchir la ligne, le coureur résidant à Liège (Belgique) prenait dans la foulée une jolie 15ème place lors de Paris-Roubaix.

NEOPHITE DE LA GRANDE BOUCLE

Bien sûr, le Tour de France fut le temps fort de cette saison 2022. Grâce à son profil de rouleur-puncheur, il a réussi un Tour de France honorable, étant échappé le 14 juillet, dans le Galibier, sur l'une des grandes étapes de montagne. "Je n'avais pas les jambes pour aller au bout malheureusement" confie t-il. Plusieurs moments ont marqué l'ancien coureur du VC Catenay et du VC Rouen 76. Notamment sa conclusion sur les Champs-Elysées. "J'ai fait la première descente et la dernière remontée en tête de peloton. Ca vibre, ça crie,et le coucher de soleil avec l'Arc de Triomphe, c'est grandiose ! ". Après une coupure bien méritée, c'est en Belgique qu'il décroche sa deuxième victoire chez les pros lors de la Course des Raisins. Le Normand faisait partie d'un groupe de cinq coureurs parti à l'offensive dans les vingt derniers kilomètres. Avant de placer un démarrage décisif à huit kilomètres du but. "J'avais décidé d'attaquer car je sentais que j'avais de bonnes jambes" se souvient le coureur d'Arkéa-Samsic. Quand je me suis aperçu qu'Arnaud Demare (Groupama-FDJ) figurait dans l'échappée, je me suis dit qu'il fallait attaquer avant qu'il nous règle au sprint". Ce choix allait s'avérer payant puisqu'il distançait l'ancien champion de France et Dries Van Gestel (Total Energies) de huit secondes. Désigné leader à cette occasion, Matis Louvel démontrait qu'il avait les épaules assez larges pour assumer ce statut. "J'avais à coeur de me montrer. Je suis honoré que l'équipe m'ait fait confiance. Ca a payé". En fin de saison, c'est cette fois sa pointe de vitesse qui s'est avérée utile sur des arrivées au sprint aussi bien au Grand Prix du Québec (11è), lors de Paris-Chauny (10è) que lors de Paris-Tours (8è) où il mettait un terme à sa saison. Constant dans ses résultats, le jeune normand a encore franchi un palier cette année. Il semble en mesure de viser plus haut l'an prochain.

Texte et photo Patrice Meunier